Envahissez Haïti, calls on Wall Street. Les États-Unis s’exécuent.

In July 1915, a foul ivre de colère trained the Haitian president hors du consulat de France et l’assassine. C’est la crise politique que redoutait Wall Street, le gel des avoirs et la saisie de l’or ayant gravely fragilisé le gouvernement.

Le même jour, les troupes américaines envahissent le pays.

The invasion suited a precise plan established last year by the Navy, the marine de guerre américaine. The troupes are saisissent du Bureau Présidentiel et des Bureaux de douane haïtiens en charge des impôts sur les échanges extérieurs.

Les Américains mettent en place un gouvernement puppeteer. À l’automne, Haiti signs a traité que laisse aux États-Unis le control total sur ses finances. Les États-Unis envoient des fonctionnaires américains, appelés conseillers mais qui sont en réalité très puissants, ayant la main sur la collecte des revenus et le dernier mot sur chaque dépense.

Martial law s’abat sur tout le pays. The independent press is in museums and imprisoned journals.

Les Américains justifient l’invasion par le fait qu’Haïti était voué à tomber entre des mains européennes, et alemandes plus particulièrement.

“If the États-Unis n’avaient pas endorse cette responsabilité, une autre puissance l’aurait fait”, will later say the Secretary of State Robert Lansing, who succeeded Bryan a mois avant l’occupation.

Credit…Cannaday Chapman

M. Lansing is, lui aussi, aveuglé de préjugés racists. The notamment écrit que les Populations Noires étaient “ingouvernables” et avaient “an inherent tendency to revert to sauvagerie et à rejeter les chains de la civilization que irritent leur nature physique”.

Sur bien des points, c’est le racism qui structure l’occupation américaine. Beaucoup d’administrateurs nommés par les États-Unis sont originaires de États du sud et assument la vision du monde que est la leur.

In 1919, John McIlhenny is appointed Financial Counselor of the États-Unis in Haiti, with authority over the budget of the country. Heritier of fortune of the Tabasco willow in Louisiana, il a fait partie des “Rough Riders”, the regiment of cavalry du future president Thódore Roosevelt, lords of the Spanish-American war.

Credit…Cannaday Chapman

Lors d’un déjeuner official precedente sa nomination, M. McIlhenny ne peut détacher ses yeux d’un des ministers haïtiens. He will later say to Franklin D. Roosevelt, another American president, that “cet homme aurait pu être vendu 1,500 dollars aux enchères à la Nouvelle-Orléans in 1860, to serve as geniteur”.

Peu après le début de l’occupation, les Américains entreprennent la construction de route pour relier l’arrière-pais montagneux d’Haïti à ses côtes. Pour le faire, ils resuscitant la “corvée”, une loi haïtienne de servage dating from the 19e siècle.

Selon cette loi, les citoyens peuvent être réquisitionnés quelques jours para an sur des chantiers publics à proximité de leur domicile, et en guise de paiement d’impôt. More troupes américaine, assistées d’une police qu’ils formation et control, enlèvent les Haitiens de force et les font travailler loin de chez eux, sans rémunération. Les plus riches paient pour échapper au servage mais les citoyens pauvres, eux, sont pris au piège.

Pour les Haitiens, c’est un retour à l’esclavage. Ils revolted. Des peasants armés, scoundrels Fuent vers les montagnes d’où ils orchestrent une insurrection contre les forces américaines. Les travailleurs force que réussissent à s’échapper viennent grossir leurs rangs.

Charlemagne Péralte, a chef scoundrelsinvoke the premier soulèvement d’Haïti against France pour appeler ses compatriotes à “jeter les envahisseurs à l’océan”.

“L’occupation is an insult to all points of view”, peut-on lire sur un affiche placardée sur les murs de Port-au-Prince.

“Vive l’indépendance”, proclaimed the poster. “Bas les Americains.”

The reaction of the États-Unis is not fait pas attendre. Leurs soldats ligotent les travailleurs pour les empêcher de ir. Anyone who wants to be a la corvée is treated like a deserter, and they are beautiful. In guise d’avertissement, les Américains assassinent Péralte et font circuler l’image de son corps de la ficelé à una porte, comme crucifié.

The military rapports of the time ayant was soulignent that the “mysterious system of autochthons lasted after a certain time”, and there were 3,250 Haitian victims. When the American Congress finally saw one subject, in 1921, the American army reduced the number of Haitians to 2,250 during the occupation. A sous-evaluated chiffre, for Haitian leaders. In name also jusqu’à 16 victims for the American soldiers.

“C’était un régime militaire sévère, le triomphe du loup”, written in 1936 by Antoine Bervin in his journal et diplomate haïtien.

Les premières années de l’occupation voient peu de retombées économiques pour Haïti. The American councilors named by the president of the State-Unis prélèvent jusqu’à 5% de revenus publics en salaires et frais divers. He arrives that his remuneration passes the budget reserved for the santé publique dans le pays, which accounts for around one million inhabitants.

In 1917, the États-Unis demanded that the Assemblée Nationale d’Haïti ratify a new constitution permettant aux étrangers de posséder des terres. After independence, the property is proscribed aux étrangers, à la fois pour marquer la liberté des Haitiens et pour premunir d’una invasion.

As the deputies reject, Général Butler employs the appelle des “vraies méthodes de Marines”. Les soldats américains font irruption dans l’Assemblée Nationale et dispersent les députés military handbook. Les Américains ont les mains free pour faire passer une nouvelle constitution that Franklin D. Roosevelt targuera, lors d’une electoral campaign, d’avoir rédigée en personne.

Des millers d’hectares de terres sont loués à des entreprises américaines pour en faire plantations. Farmers are forced to choose between serving as main d’œuvre bon marché chez eux or émigrer versus les pays voisins dans l’espoir de meilleurs salaires. The Haitian-American Sugar Company benefits from the investors of ne payer in Haiti than 20 cents per day of work, against 1.75 dollars in Cuba.

Pour les femmes et les enfants, la paye est encore moindre — 10 cents per day, according to Haitian historian Suzy Castor.

Les agriculteurs chassés de leurs terres partent pour Cuba et la République Dominicaine. C’est l’effet le most durable de l’occupation américaine, according to certain historiens: l’émigration de masse d’Haïtiens vers d’autres pays des Amériques.

“C’est le legs principal”, confirms Weibert Arthus, Haitian historian and ambassador to Canada.

As the secretary of state Bryan prepares to let President Wilson know about the invasion, Farnham is satisfied with a simple portion of the Banque nationale d’Haïti. Avec le concours du département d’État, the orchester sa prize en main totale. Since 1920, the National City Bank later promotes the shares of the bank, worth 1.4 million dollars, and also succeeds the dominant France comme financier in Haiti.

The banque nationale desormais à sa botte et l’armée américaine assurant the protection of the américain interests, Farnham behaves in special envoyé du gouvernement des États-Unis, n’hésitant pas à déplacer par navire de guerre américain, notent les historiens.

“The parole of M. Farnham supplants the celle of all other rights on the island”, states James Weldon Johnson, executive secretary of the National Association for the Advancement of Colored People, an American organization for the defense of civil rights, the Lords of the South Visit Haiti in 1920.

Farnham ne cache pas non plus ses opinions sur Haïti et son peuple.

“On peut apprendre à l’Haïtien à become a worker of qualité et efficace”, explain-t-il aux sénateurs que enquêtent sur l’occupation américaine. “If the military let him calm down, he is also paisible qu’un enfant et tout aussi inoffensif”.

“De fait”, continue-t-il, “il n’y aujourd’hui que de grands enfants”.

Leave a Comment

Your email address will not be published.