Comment une banque française a fait main basse sur Haïti

The second moitié du 19e siècle aurait dû constitute an immense opportunity for Haiti. The global demand for coffee, not the production structure of the local economy, is blooming.

From the other coast of the Caribbean sea, Costa Rica benefits from the richesses tires of coffee for building schools, systems of education and the first municipal reseau d’éclairage d’éclairage d’Amérique Latine.

Haiti, in revenge, reverse le gros de son impôt sur le café à la France, d’abord à ses esclavagistes anciens, puis au CIC.

Grâce aux elevés prix du café, Haiti demeure malgré tout une économie caribéenne de taille moyenne. Mais lorsque le marché s’effondre dans les années 1890, les impôts haïtiens sur le café dépassent alors le prix de la denrée elle-même. All the modèle économique du pays is retrouve au bord du gouffre.

Il est donc temps pour un nouveau prêt: 50 million francs (about 310 million dollars saved), obtained from the Banque Nationale in 1896. Le prêt est une nouvelle fois garanti par l’impôt sur le café, la source of revenus the most reliable du pays.

Les haïtiens sont alors pauvres depuis des générations. More than ever, the country is returning to its perfusion of coffee, the CIC and the Banque Nationale, that Haiti has a rapid decline in rapport in the rest of the region, according to the searches of the economist Britannique Victor Bulmer-Thomas, specialist in Caraïbes history.

“Haïti a fait beaucoup d’erreurs”, explain-t-il, comme le fait de contracter de nouvelles dettes et d’échouer à diversifier son économie. “Mais il n’y a nou doute sur le fait qu’à from the fin du 19e siècle, beaucoup de ses problèmes de la peuvent être attribués à ces colonial puissances.”

Henri Durrieu decède in 1890, before the bank that created its own.

In 1903, the Haitian authorities began to accuse the Banque Nationale of surface fraud, de faire payer double des intérêts et de travailler au détriment de l’intérêt supérieur du pays. More than the bank leur rappelles an important detail: it is a company registered in France, and considers that the Haitian courts and peuvent judge of these litigations.

Sans decourager, M. Marcelin persuades the parliament to reprimand him to control the treasury public. Haïti gagne finally le droit d’imprimer sa propre monnaie, et de payer ses propres factures.

More documents found in the French diplomatic archives of Montrent than the Banque Nationale peut alors compter sur un puissant allié : le gouvernement français.

In January 1908, the French representative in Haiti, Pierre Carteron, met M. Marcelin et le presse de normaliser ses Relations avec la banque. M. Marcelin refuses. Il faudrait that the bank contributes to the economic development of Haiti, if it is so much that it survives, répond-t-il.

Cela pourrait se faire, replica of M. Carteron. Evidemment, ajoute-t-il, Haïti devrait alors rendre à la France le contrôle de son Trésor public. D’ailleurs, “vous avez besoin d’argent”, advance M. Carteron, selon ses propres notes by him. “Où en trouverez-vous?”

Les doutes de M. Carteron quant à un accord avec M. Marcelin sont évidents à la conference de ses notes manuscrites. I encourage donc ses collègues of him to Paris to concevoir une autre stratégie.

“Important à haut degré qu’on étudie immédiatement les moyens to reconstitute un établissement de crédit français à Port-au-Prince”, écrit-il avant d’ajouter: “Sans addede désormais avec le gouvernement haïtien.”

Cette nouvelle Institution ouvrira ses portes in 1910, with a slight change of name: it is the Banque Nationale de la République d’Haïti. Des banques françaises y possèdent toujours des actions mais, trente ans après avoir mis un pied en Haïti, le CIC n’en fait plus partie.

The center of gravity of the world finance to values ​​change: it is found disormais à Wall Street, autor d’un groupe de banquiers américains ambitieux de la Nacional City Bank de New York, l’ancêtre de Citigroup.

Les financiers américains vont poursuivre la stratégie de M. Durrieu. Leur ascension au rang de puissance dominant in Haiti will pourtant mener à une conséquence encore plus devastatrice that the écrasante dette in part engendered by M. Durrieu.

Wall Street finit par se arme d’una arma bien plus puissante that the indirect menaces d’un diplomate français. Les banquiers américains font appeal to leurs amis à Washington et, 35 years after the creation of the Banque Nationale by M. Durrieu, les États-Unis envahissent Haïti.

Au cours de l’une des longues Occupations militaires de l’histoire américaine, les États-Unis prennent le control des finances d’Haïti, modeling even if they are future for more decades.

Une fois de plus, le pays a été ébranlé par l’institution that the president Salomon avait si fièrement célébrée lors de cette nuit au palais présidentiel: the Banque Nationale d’Haïti.

I did not contribute to this articleDaphne Angles and Claire Khelfaoui in Paris; Sarah Hurts et milan schreuer in Brussels; Kristen Bayrakdarian In New York; Ricardo Lambert, Harold Isaac and Charles Archin in Port-au-Prince.

Leave a Comment

Your email address will not be published.